sabotage_ver6_xlgVoici donc le dernier ratage en date de l'ami Arnold Schwarzenegger, à savoir "Sabotage" de l'inénarrable David Ayer.
Blague dans 5...

Bon, déjà, faut relativiser la chose : c'est écrit par Skip Woods. Dès le début, ça sentait donc mauvais. Monsieur est quand même responsable (entre autres) de ces étrons filmiques que sont "Die Hard 4" et "Hitman" (soit des films qui n'ont rien compris à la franchise dont ils sont censés faire partie). Puis c'est co-écrit et réalisé par David Ayer. Le mec totalement surestimé par une poignée de gens aussi effrayants que les amoureux du genre (et des zombies) qui aiment "The Walking Dead". C'est à n'y rien comprendre !
Au passage, il serait donc bon de rappeler que "Training Day", c'est vraiment pas bon, et faut sérieusement envisager d'arrêter de se branler sur ce machin-là.
...4...

Mais ça, à la limite, c'est un détail. On a un scénario assez nul et une réal absente (cool, caméra à l'épaule, genre pour le réalisme, wesh ma gueule, t'as vu ?), mais tout ça était vu d'avance, lorsque l'on considère les noms au générique. Non, c'est surtout le reste des noms qui inquiète. Parce que le casting est impressionnant. Y a d'excellents acteurs au milieu de tout ça. Puis, y a l'ex-Mister Univers aussi.
Si on a toujours su que l'ami Schwarzie n'avait jamais été un grand acteur, il est néanmoins le point fort de la bande. Dingue, non ? Car oui, on a là un groupe de badass motherfucker, et fallait bien que le cast joue le rôle pour lequel il est employé. Donc on leur fait des trognes pas possibles, make up, tatouages, barbes, etc. Et ça marche ! Certains (Sam Worthington par exemple) sont méconnaissables. Mais le look ne fait pas tout. Alors il faut jouer ces rôles.
Et là, c'est le drame !
...3...

Pas aidés par des dialogues nazes, tout le monde surjoue, bien décidés à mettre un plus large spectre sur la définition du mot "acteur". Puis, il y a une mention spéciale pour Mireille Enos (pourtant le point supposément fort du casting). Car en plus d'en faire un peu (mais juste un peu) trop, la bougresse décide d'enculer droit dans l'oreille tout ce qu'on sait sur le jeu d'acteur dans un final qui ressemble à un festival de tout ce qu'on a vu de plus improbable dans l'histoire du cinéma. En une dizaine de minutes, elle nous montre tout ce qu'il ne faut pas faire si l'on veut rendre son personnage crédible.
...2...

Je pourrais ne vous recommander la vision de cette daube que pour apprécier ce final nanardesque au possible (et assez drôle, je dois vous avouer m'être bien marré sur ses dernières minutes), mais je pense que l'on peut faire beaucoup de choses bien plus intéressantes en 1h50. Comme regarder un bon film. Mais ça, ce n'est qu'une suggestion que je ne suis moi-même pas capable d'appliquer.
...1...

Quoi qu'il en soit, le retour d'Arnold Schwarzenegger devant la caméra n'est pas évident. "The Last Stand" reste une petite déception, mais il avait le mérite d'être emballé proprement (même si Kim Jee-Woon nous avait habitués à mieux). Et ce n'est certainement pas "Escape Plan" qui pourrait relever le niveau. Puis là, il va y avoir un nouveau "Terminator" où Arnold, définitivement trop vieux pour ces conneries, va reprendre son rôle de T-800.
Misère de misère...

...0 !
La question est maintenant de savoir qui est responsable du sabotage de "Sabotage" !
BA DUM TSSSSHH !
Mais sinon, le film est plutôt pas mal si t'aimes bien les bons acteurs qui jouent mal et en font 4 tonnes, ou encore si t'aimes les scénarios nazes et l'absence de réal. Oui, c'est vraiment pas mal dans ce cas de figure.